ლინგვისტუსის ბლოგი

სიტყვები, ენები, ისტორიები, წიგნები, შეკითხვები და სხვ.

Femme et Chatte par Verlaine

with 6 comments

Elle jouait avec sa chatte,
Et c’était merveille de voir
La main blanche et la blanche patte
S’ébattre dans l’ombre du soir.

Elle cachait – la scélérate ! –
Sous ces mitaines de fil noir
Ses meurtriers ongles d’agate,
Coupants et clairs comme un rasoir.

L’autre aussi faisait la sucrée
Et rentrait sa griffe acérée,
Mais le diable n’y perdait rien…

Et dans le boudoir où, sonore,
Tintait son rire aérien,
Brillaient quatre points de phosphore.

Plan de commentaire

I –  L’histoire d’Antoine et Cléopâtre

Verlaine ne fut pas le seul à s’intéresser à l’histoire de Cléopâtre, cette reine d’Égypte à la beauté et à l’intelligence extraordinaire et qui se suicida dans sa fuite avec Antoine après avoir été renversée de son trône par Octave. Verlaine reprendra deux poèmes plus loin le même thème dans “Une grande dame” dans lequel Cléopâtre belle “à damner les saints” est qualifiée de lynce probablement en raison de sa clairvoyance. Verlaine parle de la chatte Ninon. Dans ce sonnet irrégulier d’octosyllabes, deux quatrains à rimes croisées suivis de deux tercets fusionnés, Verlaine se montre particulièrement violent envers les femmes, des “fleurs du mal” séduisantes, exigeantes en amour, cruelles, armées d’ongles meurtriers, perverses. Une attitude ambiguë, choquante faite de désirs inassouvis, de fantasmes et de violence qui atteindra son paroxysme dans “une grande dame” avec l’invective brutale “qu’on lui cravache la face, à cette femme”. Toute l’argumentation envers la féminité se traduit par l’opposition entre le noir et le blanc réunies cependant à la fin dans une sorte de lumière commune étincelante, le phosphore.

II –  Une satire, une dénonciation de la perversion et de la cruauté féminine.

Elle cachait, “la scélérate”, au début du second quatrain donne le ton, la femme est coupable de crimes qu’elles a commis ou qu’elle avait seulement l’intention de commettre, la femme serait perfide, elle aurait une fâcheuse tendance à manquer à sa parole, à mentir pour parvenir à ses foins. Verlaine n’a pas confiance dans les femmes, elles mentent. Sous l’apparence d’un jeu bien innocent, plein de tendresse et d’amour entre une femme et un chat, Verlaine à travers le personnage de Cléopâtre, reine intrigante, capable de toutes les ruses pour se maintenir sur son trône convoité par son frère nous dresse un tableau général assez sombre du comportement féminin. Sous les mitaines de fil noir, des attributs d’élégance réservés aux reines ou à la bourgeoisie, empreints de beauté, et de douceur, se cachent des ongles meurtriers. On appréciera l’ironie dans la phrase car les mitaines laissent généralement découvertes les dernières phalanges avec les ongles,et ne les cachent donc pas. Ces ongles très dur, d’agate, deviennent des griffes, des artifices meurtriers, coupant comme des lames d’un rasoir. Il y a un parallélisme constant, une opposition entre le chat, un animal familier qui se laisse caresser par plaisir et la femme ici assimilée à un lynx, un animal plus gros et sauvage avec des instincts criminels.

III – La diabolisation de la femme

Verlaine rêve d’une femme idéale, une consolatrice capable de combler le manque existentiel dont il a pris conscience. La femme qu’il imagine, qu’il idéalise, ce rêve familier évoque un monde idéal qui l’habite mais dont il connaît l’irréalité, d’on son immense frustration. Il y a sans doute beaucoup de la provocation d’un jeune débutant en poésie d’utiliser la veine rebattue de la misogynie cherchant par cette différence à choquer le lecteur, à l’apostropher. Il y a cependant chez Verlaine, poète hirsute et mal habillé, envers les “femmes jolies” une jalousie, une haine même que l’on constate dès le début du recueil. Il voit dans la beauté de la femme, de la froideur et une distanciation, une inaccessibilité. La pureté, la blancheur qui se retrouvent dans la main de la femme et dans la patte du chat est devenue noire avec le gant. Pour Verlaine, l’amour c’est d’abord l’instinct, le désir brutal, qu’entraîne l’envoûtement de la beauté. Chez notre poète l’amour est nostalgie parce que, maladroit, informulé et frustrant. On retrouve dans ce poème la même présentation de la femme que chez Baudelaire dans les fleurs du Mal, la femme lascive, ici caressant son chat, objet de plaisir mais aussi une menace, c’est une scélérate pour le poète, et un danger. A l’inverse d’un poète comme Eluard qui encense la femme, muse lumineuse, on a ici l’image d’une femme diabolique, intrigante qui complote pour assouvir ses passions, qui calcule. Mais toutes les femmes ne sont pas des Cléopâtres et n’ont pas d’arrière-pensées funestes pour assurer leur pouvoir. La fin du poème nous éclaire que dans les boudoirs, ces pièces intimes des habitations, le diable n’est jamais très loin, dans l’obscurité son œil pétille de satisfaction comme celui du chat brille dans la nuit, quatre points de phosphore.

Conclusion

Les belles femmes ont souvent été vues par Verlaine comme des idoles inaccessibles et froides et leur beauté l’a souvent irrité. Il avait une préférence pour les courtisanes massives, les “dahlias”, ces fleurs sans parfum, sans fard, naturelles. Mais les rapports de Verlaine avec l’amour et la femme ont toujours été très ambigus, souvent provocants, violents. Ce n’est donc pas pour rien que ce poème débute la section “Caprices” du recueil “Poèmes Saturniens” et l’on veut croire que c’en est un.

P. S. ანოტაცია აღებულია აქედან. დღეს მთელი დღეა ეს ლექსი მიტრიალებს თავში და თარგმნა მომინდა, თუმცა ჯერ–ჯერობით მხოლოდ სურვილი მაქვს, მუზებს ველოდები. ვინაიდან ფრანკოფონებიც შემოდიან ჩემს ბლოგზე, იყოს ეს აქ…

Advertisements

Written by linguistuss

October 30, 2009 at 7:23 pm

6 Responses

Subscribe to comments with RSS.

  1. არაფრანგულენოვნებს რას გვერჩოდი? :DD

    fiqro

    October 30, 2009 at 9:17 pm

    • არც რას, გაატარეთ :)
      თუ დრო მექნა ვთარგმნი ამ ანოტაციას და რუსულ თარგმანებს დავუმატებ თქვენი ხათრით :)

      linguistuss

      October 30, 2009 at 9:30 pm

  2. En general, on distingue deux categories de femmes: femme-chatte, femme-rat. pour ce qui est de l’attitude de Verlaine envers les belles femmes ce n’est pas un casse-tete pour ceux qui connaissent plus ou moins sa vie sexuelle et toutes ses infidelites qu’il a commis avec sa famille.
    Je veux souligner que “Pegi” c’est mon surnome, pris du nom de ma chatte. Je suis toujours fiere d’etre comparee a une chatte et on le fait souvent, car rien n’est aussi seduisant, aussi charmant, aussi elegant que cet etre. La chatte est vraiemnt paree de tous les dons que confere la beaute, parfois elle fait surgir un sentiment terrible de crainte avec son regard etincelant, eblouissant. La femme-chatte c’est un etre avec ses longs doigts qui aboutissent aux ongles piquants, plutot aux griffes, avec ses allures molles, parfaites, avec ses formes bien sculptees. Comme la chatte, elle guette aussi avant d’attaquer sa proie et sois prudent! Ne l’irrite pas, elle est tres dangereuse. P.S. Si tu me permets, je peux t’aider a les traduire, pas de souci.

    Pegi

    October 30, 2009 at 9:59 pm

    • Je voudrais traduire ce poeme et en faire une poeme georgienne, ca veut dire “mienne” :). Le contenu est bien compréhensible pour moi, le probleme est la musicalité qu’elle aura dans la georgienne… Alors tu ne peux pas m’aider, si tu veux tu peux en traduire et cela cera ta traduction, pas la mienne :)
      P.S. De toutes facons merci pour la proposition!

      linguistuss

      October 30, 2009 at 10:10 pm

  3. J’ai enfin pu traduire ce poeme en georgien:

    ის თავის ციცას ეფერებოდა,
    თითქოს ეს იყო ზმანება მწველი.
    თვალის მომჭრელად ანცობდნენ ბინდში
    თეთრი თათი და ფითქინა ხელი.
    ქალურ მზაკვრობას მალავდა სახე,
    ნიღაბს ირგებდა უმანკო ბავშვის
    და ელვარება ბასრი ბრჭყალების
    იფერფლებოდა შავ ხელთათმანში.
    ოთახში თითქოს მშვიდად ვიდოდნენ
    და დანასავით მჭრელი ბრჭყალებით.
    ეშმაკსაც იქვე დაედო ბინა.
    და მერე დუმილს კისკისი ცვლიდა…
    მოქუფრულ სივრცეს აპობდა კვლავაც
    ფოსფორის ოთხი წერტილი ციდა.

    Pegi

    October 31, 2009 at 7:41 pm

  4. ამ ლექსის ლინგვისტუსისეულ თარგმანს ვიხილავთ? :)

    sandro

    November 24, 2009 at 11:07 am


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: